La grossesse : surprises et idées reçues


Comme tout le monde, j’avais une représentation de la grossesse en générale et de ma/mes future.s grossesse.s en particulier assez précise avant d’être enceinte.

J’imaginais un mélange de vomi et de nuits tronquées, d’envie de fraise et de béatitude intérieure, de peur et de rétention d’eau.

En fait, ma grossesse s’est avérée assez différente de ce que j’avais imaginé.

Top 5 des idées reçues sur la grossesse

Être enceinte, ça fait forcément grossir

Non. Entre les nausées du premier trimestre, le diabète qui m’obligeait à une alimentation hyper équilibrée et les interdits type alcool, j’ai fini ma grossesse 5 kg plus légère qu’au démarrage. -15 kg en rentrant de la maternité. Alors vous me direz, j’avais de la marge et j’ai cru comprendre que les femmes trop grosses ne prenaient pas toujours du poids durant leurs grossesse mais en discutant ici et là (sur les groupes de mamounes de FB)(j’avoue), je me suis rendue compte que mon cas n’était pas rare et si certaines prenaient 40kg, d’autres, en perdaient.

Ah. Et en ce qui me concerne, 0 envie chelou. Pourtant, j’aurais adoré réveiller mon mec en pleine nuit pour le supplier de me préparer des tartines harengs-aubergines mais non. Ma plus grande folie alimentaire a été de doubler ma consommation déjà excessive de citron. Yolo quoi.

Le meilleur trimestre, c’est le deuxième

Sur le papier surement, dans la mesure où tu passes le premier trimestre à vomir et le troisième à galérer avec ton gros bide et tes jambes comme des poteaux. Pour moi, la grossesse, ça a été de plus en plus agréable au fil du temps. J’ai passé les trois premiers mois, non pas à vomir, mais à avoir mal au coeur +++, un peu comme une gueule de bois éternelle, c’était horrible. C’est pas compliqué, j’ai passé les trois premiers mois allongée. Au deuxième trimestre, j’ai découvert les joies des douleurs ligamentaires. Pour ceux/celles qui ne connaissent pas, c’est comme des courbatures d’équitation. En pire. En très pire. Au troisième, j’avais dépassé psychiquement les douleurs, je n’avais plus mal au coeur, j’étais pleine d’énergie.

Tu es en parfaite communion avec ton foetus

Certaines, il parait, en effet. Pour moi, et au risque de passer pour une mère indigne, la Biscotte est restée très abstraite durant toute la grossesse. Evidemment, je la sentais bouger, je jouais avec elle, je pouvais dire si elle aimait la musique que j’étais en train d’écouter ou pas (d’ailleurs, quand j’étais inquiète parce que je ne la sentais plus depuis un moment, il suffisait que j’écoute Maitre Gims pour qu’elle se mette à gigoter dans tous les sens)(ne jugez pas cette enfant). Malgré tout, elle est restée très vaporeuse dans mon esprit durant les 9 mois de ma grossesse. J’avais du mal à la nommer, à l’imaginer. Elle n’est devenue concrète qu’une fois posée sur mon ventre.

Les nuits sont horribles

Pour certaines, surement. Moi, j’ai passé ma grossesse à pioncer. Il faut dire que la Biscotte était calme la nuit. Le soir, une fois couchée, je jouais un peu avec elle puis hop, au dodo. Elle arrêtait de bouger jusqu’au matin ce qui fait qu’à 22h j’étais au lit et à 23h je dormais comme un bébé jusqu’au matin. Autant vous dire que 1) ça m’a changée de mes habitudes de nullipare qui ne dormait jamais 2) ça m’a permis de faire un stock de dodo dont j’ai bien eu besoin une fois la Biscotte sortie de mon ventre.

Les gens sont gentils avec toi

Non. Les gens te touchent le ventre, ça oui. Et ils commentent l’état de ton corps, te racontent des trucs horribles sur leur épisio ratée ou sur l’histoire de leur voisine dont l’enfant est mort dans d’atroces souffrances à la naissance, te fument leurs cigarettes cancérigènes de merde dans les narines. Et te demandent s’ils peuvent passer devant toi à la caisse parce qu’ils ont que 18 articles….

En bonus

Ce qui m’a le plus surprise enceinte, c’est mon changement de personnalité.

Je m’attendais à être le genre de femme épanouie et zen durant sa grossesse et la réalité s’est montrée plus complexe.

J’ai traversé ces 9 mois avec beaucoup de sérénité et de joie. J’ai eu confiance en moi et en mon bébé tout le long, j’étais plus amoureuse que jamais de mon tendre époux et je me suis enfermée dans une bulle de paix très agréable. Mais… le monde extérieur à ma bulle est devenu très hostile. Je me suis sentie agressée par #lesgens toute ma grossesse et j’ai eu beaucoup de mal à garder un regard bienveillant sur les personnes qui ont croisé mon chemin durant ces 9 mois. Certains de mes proches me sont devenus complètement insupportables et il m’a fallu déployer des trésors de contrôle de soi pour ne pas les frapper à la moindre question. Ça semble cliché, dit comme ça, mais cette perte de patience et de bienveillance a été très compliqué à gérer, j’ai eu beaucoup de mal à me reconnaitre et ça, c’est carrément flippant.

Et toi, tu l’as vécue comment ta grossesse ?

Photo by freestocks.org on Unsplash

8 commentaires

  1. Annick dit :

    Alors ça je pensais être la seule folle à avoir vecu le dernier point… je me sens rassurée ^^

    J'aime

    1. Marie-Aurélie dit :

      Tu avais envie de frapper les gens toi aussi ?

      J'aime

      1. Annick dit :

        Oui et j’ai tjr envie ^^

        J'aime

      2. Marie-Aurélie dit :

        Hahaha ! Ça met du temps à redescendre et entre toi et moi, 7 mois plus tard, y’a a certains que… bon. Bref.

        J'aime

  2. Anne-So dit :

    Je valide 4 points sur 5, car comment te dire que jai pas perdu de kilos…
    Suis passée de insomniaque à personne normale niveau sommeil et autant jai parlé a la paupiette pendant tout le long autant le fait de ne pas connaitre le sexe rendait ca encore plus nébuleux. Mais ca aussi créé un accouchement incroyablissime.
    En revanche, bordel PERSONNE m’avait parlé des douleurs ligamentaires ni des douleurs post-partum.
    Et jai detesté toutes personnes s’adressant a moi comme une personne double « comment ca va vous? » et commentant ma silhouette. Mais bordel Jean-Claude est ce que je te parle de tes pellicules sur le crane moi??!! NOn! Bon alors!

    J'aime

    1. Marie-Aurélie dit :

      Tu as tellement raison au sujet des douleurs ligamentaires ! Quand elles se sont pointées, j’ai cru que j’étais en train d’accoucher tellement j’étais pas prête. À 4 mois. Quelle angoisse !

      J'aime

      1. Anne-So dit :

        J’ai marché en canard a partir du 4ème mois et je n’ai repris une démarche normale qu’à l’accouchement. Moi qui ai tendance à speeder quand je me déplace ca me rendait furieuse. Ca plus les connards qui te disent « non mais t’en rajoute pas un peu la? » *headshot*

        J'aime

      2. Marie-Aurélie dit :

        Moi le pire, c’était marcher après être restée assise longtemps. J’avais l’impression qu’on me transperçait avec des sabres.

        J'aime

Les commentaires sont fermés.