Top 10 des trucs que j’ai découvert en allaitant


imageA la naissance de ma fille, j’ai décidé d’allaiter. En fait, je ne me suis pas vraiment posé la question, allaiter m’a toujours semblé être la façon la plus facile/naturelle/cool de nourrir son gosse. J’ai donc abordé l’allaitement pleine de confiance et de naïveté.

6 mois plus tard, j’ai envie de vous proposer le top 10 des trucs que je ne savais pas sur l’allaitement et que j’ai découvert en pratiquant.

J’en profite pour glisser un disclaimer : tout ceci ne concerne que moi (et la Biscotte). J’ai bien conscience qu’il existe autant d’allaitements qu’il existe de femmes et de bébés.

Allaiter donne faim

On m’avait dit qu’allaiter donnait soif, et en effet, mais personne ne m’avait prévenue qu’en allaitant, j’allais avoir une faim de loup. Ce n’est pas compliqué, je suis capable de manger mon assiette, la tienne et de te manger toi sans qu’à aucun moment je ne soupire d’aise en me disant que je suis rassasiée. Après 9 mois à bouder mes repas, je peux vous dire que le contraste est plutôt brutal.

Les gens ne comprennent rien à l’allaitement

Avant d’allaiter, moi non plus, je dois l’avouer, mais maintenant que j’ai mis le nez dans le sujet, que je me documente et que j’expérimente, je suis sidérée par la désinformation générale à propos de l’allaitement, y compris du côté du personnel de santé. Dès la maternité, j’ai été mal conseillée par l’auxiliaire puéricultrice qui s’occupait de nous et qui, probablement sans le vouloir, à failli foutre en l’air mon allaitement avec des conseils foireux. Cette méconnaissance en dit long sur la place que prend l’allaitement dans notre société et je ne vous cache pas que je trouve ça un peu triste.

Allaiter a sauvé mes nuits

Je m’étais préparée à traverser les premiers mois de la vie de la Biscotte dans un brouillard chaotique fait de nuits blanches et de hurlements. Tout le monde ou presque m’avait prévenue : le lait maternel se digère plus vite que le lait artificiel donc les bébés allaités se réveillent plus souvent la nuit. On m’avait même conseillé de donner à ma fille un biberon de lait épaissi le soir, histoire de la caler pour la nuit. Pour m’éviter les aller-retours nocturnes, nous avons choisi les premiers mois d’installer la Biscotte à côté de nous dans la chambre. En effet, les deux premiers mois, nous avons eu droit à un réveil toutes les 2 ou 3 heures mais il suffisait que je glisse l’enfant vers mon sein, alors que j’étais encore à moitié endormie pour qu’elle s’apaise. Une fois la tétée finie, je me rendormais immédiatement grâce aux hormones sécrétées pendant le tétou et elle aussi, toujours grâce aux hormones présentes dans le lait. Au final, la nature est bien faite et je n’ai que très peu souffert du manque de sommeil.

Allaiter peut être très rapide

J’avais en tête qu’une tétée prenait du temps et qu’allaiter son enfant pouvait être chronophage. Ici, une tétée dure 5 min. C’est tout.

Le sein a un pouvoir magique

Je sais qu’un parent responsable apprendrait à son enfant à s’endormir sagement dans son lit, tout seul mais moi, j’ai cédé à la facilité et quand la Biscotte refuse de s’endormir, un coup de tétou et hop, au pays des rêves. L’efficacité du sein est redoutable et je ne m’attendais pas à user de son pouvoir magique de cette façon.

Ton sein peut déborder de lait

Je savais qu’on pouvait avoir des fuites mais dans ma tête, une fuite c’était vaguement un soutif humide. Hahaha, naïve que j’étais. En fait, une fuite de lait, c’est un torrent qui trempe ton soutif, ton haut et ton pull en moins de 3s. C’est très sympa, surtout quand tu n’as pas de t-shirt de rechange et que tu es loin de ta maison. Dans la même veine, je n’imaginais pas qu’on pouvait avoir les seins tellement plein de lait que le simple fait de le sortir du soutien-gorge pouvait asperger ta copine. Marjo, si tu passes par là…

En parlant de ça,

Les soutiens-gorges d’allaitement sont les trucs les plus moches du monde

C’est pas compliqué, lors du premier essayage j’ai rigolé pendant 20 min tellement mes seins avaient une forme ridicule là dedans. Quand je pense qu’on nous fait croire que les problème de sexualité dans un couple post partum viennent de la femme qui ne veut plus que quoique ce soit s’approche de son vagin alors que clairement, le problème, c’est la lingerie pour allaitante.

Allaiter donne la gratouille

On m’avait dit que je pouvais avoir mal aux seins pendant la montée de lait mais personne ne m’avait dit que j’aurais la gratouille. Oui oui, j’ai les seins qui me démangent depuis 6 mois et qui me démangent à tel point que j’ai eu peur de faire une mycose mais non. J’ai juste les seins qui grattent (et c’est parfois très gênant de se gratter les seins pendant une conversation professionnelle de qualité).

Tirer son lait n’est pas si facile

Autant j’étais à fond dans l’allaitement, autant je ne voulais pas en être esclave et j’ai choisi de tirer mon lait dès ma sortie de la maternité pour permettre à mes proches de garder et nourrir la Biscotte. Dans la pratique, je me suis rendue compte que tirer son lait n’est pas si évident, il y a des heures où ça ne marche pas, où je peine 30 min pour tirer la moitié d’un bib et où je sors de là le sein en feu. J’en profite pour tirer mon chapeau à celles qui tire-allaitent pendant des mois. Les meufs, bravo.

Les gens se sentent obligés d’émettre un avis sur ton choix

Alors ça, c’est mon pref. J’ai grandi dans une famille plutôt pro-allaitement donc je n’avais pas conscience du jugement des gens à ce propos.

Si dans les premières semaines les avis étaient plutôt positifs (peut-être même trop puisque, je le rappelle, ne pas allaiter son enfant est un choix tout aussi valable que celui de l’allaiter et il serait bon de ne pas casser les c*** aux femmes qui décident de nourrir leur enfant au lait artificiel), plus le temps passe, plus j’ai droit à l’avis, négatif, des gens sur l’allaitement. Et ce n’est pas normal d’allaiter encore son enfant à 6 mois, et c’est malsain, et je refuse de voir ma fille grandir, et si je ne la sèvre pas avant 6 mois, elle ne va plus jamais vouloir s’arrêter, et je suis exhib de sortir mes seins toutes les 3s, et encore « elle mange ? », et blablabla et blablabla.

Alors, je ne vais pas rentrer dans les détails de ce que je pense de ça puisque vous aurez le droit à un article complet sur le sujet mais laissez-moi juste vous dire : mesdames, messieurs, votre avis, je m’en bats les seins.

Cordialement,

null

2 commentaires

  1. Louise dit :

    Merci pour cet article qui donne « une » vision de l’allaitement, et comme tu le dis il y en 100 autres. Je te rejoins sur la question de la désinformation à propos de l’allaitement : » tu ne la nourris pas assez », « elle s’accroche trop à toi », ou encore le personnel médical qui se prend la liberté de lui filer un bibi la nuit quand tu donnes ton enfant en poupounière tout en demandant bien à ce qu’ils te la rendent quand elle se réveille pour manger!! enfin….
    au plaisir de te suivre dans tes prochains articles

    J'aime

    1. Marie-Aurélie dit :

      Ils ont fait ça ?!? Tu devais être furax !

      J'aime

Les commentaires sont fermés.