Oui, on peut être vegan et manger de la merde


S’il y a bien un truc qui m’agace,

c’est la confusion qui s’opère entre la bouffe “healthy”, la véganie et une consommation raisonnable à bas impact écologique. En vrai, il y a bien plus de choses qui m’agacent mais aujourd’hui, on va se cantonner à ça.

Alors, prenons cinq minutes pour parler définitions.

Healthy = En bonne santé

Depuis quelques années, on bouffe du healthy à toutes les sauces, principalement sur Instagram. Ce # ressort quasi-systématiquement sous les images de femmes parfaites, de bol de fruits frais ou de jus à base de chou kale. Il serait facile de faire un raccourci vers le monde des régimes et de la minceur. En fait, ce terme renvoi plutôt à une philosophie globale du prendre soin de sa santé, avec un alimentation saine, certes, mais aussi du sport, de la méditation etc…

Techniquement, un assiette de poisson blanc fraîchement pêché et grillé au bord d’une plage peut être healthy.

Capture d'écran 2017-10-29 22.11.20.png

Vegan = Ne pas consommer de produits issus des animaux ou de leur exploitation

Tout est dit. Le vegan banni de son alimentation tous les produits d’origine animale (viande, poisson, lait, oeuf, miel etc…) mais également de sa vie tous les modes de consommation qui impliquent l’exploitation des animaux (par exemple la laine ou le cuir).

Évidemment, dans nos représentations carnivores, on se dit qu’une fois les produits carnés supprimés de l’alimentation, il ne reste que les fruits et les légumes mais que nenni. Les simili carnés, le chocolat (pas tout), le sucre, les graisses végétales etc… restent tout à fait de l’ordre du possible.

Ainsi, certains végans auront une alimentation plutôt équilibrée quand d’autres mangeront de la merde toute la journée, comme dans une alimentation “classique”.

Capture d'écran 2017-10-29 22.14.08.png

Consommation raisonnable = Limiter au maximum son impact écologique

Ce mode de consommation implique souvent des circuits courts, plutôt biologique, favorise les produits de saison et s’inscrit dans une démarche “zéro-déchet”. Du coup, tu peux t’enfiler des tartines de beurre (ni healthy ni végan) avec du pain bio du boulanger d’à côté et du beurre du petit producteur du village voisin, le tout acheté en vrac ou manger des avocado toasts (healthy et végan) donc l’impact écologique est désastreux.

Capture d'écran 2017-10-29 22.18.18.png

En résumé

Tu peux être végan et heathly, omnivore et écolo (même si l’impact écologique de la production de viande est catastrophique), #teamgras et végan, heathly et pas du coup attentif à la provenance des produits etc…

Toutes les combinaisons sont possible donc merci de cesser les raccourcis.

Toi, tu manges comment ?

3 commentaires

  1. Papulex dit :

    A force de suivre des gens sur twitter, insta et de voir des amis se mettre au végétarisme, je me dirige vers le flexitarisme (c’est comme ca qu’on dit non?).
    Et le fait de faire attention à virer la viande/poisson de plus en plus me fait me poser de GROSSES questions sur celles que je m’autorise à manger. D’ou elle vient? Qu’est ce qu’elle a mangé? En ai-je vraiment envie?
    Bon jai clairement pas encore convaincu mon viandard de mec, mais aujourdh’ui il ne remarque quasiment plus quand ya pas de protéines animales au menu.
    Prochaine étape : lui faire lacher ces PUTAINS de lardons industriels.

    J'aime

    1. Marie-Aurélie dit :

      Fais gaffe, j’ai commencé comme ça…

      J'aime

  2. auroreinparis dit :

    Coucou 🙂
    Je suis végétarienne et limite pas mal la consommation de lait animal (yaourt, fromage etc …) . Pour autant, je ne mange pas spécialement healthy et j’adooooore les frites 😀

    J'aime

Les commentaires sont fermés.